LA CHANSON TRADITIONNELLE, QU’EST-CE-QUE C’EST ?

La chanson traditionnelle est un des éléments de la littérature orale. C’est également un art populaire, intégré à la vie et qui n’est pas réservé qu'aux initiés. Le répertoire, accessible aux non-chanteurs est partagé par tous et sur tous les territoires. La chanson traditionnelle n’a pas d’auteurs, elle s’est façonnée à force d’être chantée, de mémoire en mémoire, d’interprétation en interprétation.

La chanson traditionnelle se transmet donc oralement, c’est-à-dire de bouche à oreille, quelque soit le contexte dans lequel elle est chantée (travail, veillée, loisir, marche, danse, etc….) : on apprend la chanson en l’entendant et on la retransmet en la chantant.

Au fur et à mesure du temps qui passe, on retrouve des traces de telle ou telle chanson dans les productions humaines, notamment des publications littéraires ou ethnographiques, et qui attestent donc de leur existence à une date donnée.

LA LITTERATURE ORALE regroupe la chanson, le conte, les récits légendaires, les proverbes, les prières et incantations (formulettes pour des gestes ou des actions), les devinettes.

Une chanson traditionnelle se reconnaît assez facilement : le texte, la mélodie, le rythme et l’ambiance ont des couleurs particulières qui lui sont propres

À QUOI SERT LA CHANSON TRADITIONNELLE ?

La chanson sert à tout et n’a pas de fonction spécifique. La même chanson peut servir à des choses aussi différentes que :

  • endormir un enfant
  • alléger la peine d’un travail long ou fastidieux
  • amuser un auditoire lors d’une fête
  • être fredonnée juste pour soi
  • faire réfléchir sur la vie
  • faire danser.

Selon son utilisation et son interprétation, une même chanson ne va pas être chantée de la même façon.

COMMENT S’INTERPRÈTE LA CHANSON TRADITIONNELLE ?

Une chanson de tradition orale raconte toujours une situation ou une histoire, jamais une prise de position directe, un jugement ou un avis militant, même si certains mots, ou si l'interprétation le fait sentir. Par exemple, une chanson criminelle raconte un meurtre mais ne juge pas le personnage qui l’a commis, aussi curieux que cela puisse paraître.

Cette liberté morale qui peut être déroutante est propre à la chanson de tradition orale. L’interprète peut choisir tel ou tel point de vue, et a la liberté de rester neutre, de se ranger du côté de tel ou tel personnage, de trouver la situation drôle ou dramatique. Sans changer les paroles, la même chanson peut être joyeuse ou triste, juste en fonction du choix de l’interprèteC’est l’auditeur qui, à travers son système de valeurs, ressentira et émettra ses propres jugements.


NOTE : ne chanson traditionnelle raconte des faits sans les commenter, elle est neutre. Un personnage de l’histoire racontée peut se plaindre de sa situation, raconter des méfaits ou traiter un autre personnage de « cruel » : il ne dira jamais si cela est bien ou mal. Si une chanson émet dans ses paroles un jugement ou un point de vue militant, ce n’est généralement pas une chanson de tradition orale, mais une chanson populaire composée par un chansonnier, connu ou non.


Henri Tournadre, de Marchal, lors de l'inauguration de la publication de "Musique du canton de Champs-sur-Tarentaine" en 1988, coll. AMTA

UNE CHANSON TRADITIONNELLE, ÇA VIENT D’UN TERRITOIRE ?

La chanteuse Virginie Granouillet sur son carreau de dentelle à Mans en Haute-Loire, coll. Dumas

Non : le répertoire est connu et est le même partout. La chanson traditionnelle francophone et occitanophone a d’ailleurs été cataloguée ou étudiée par différents chercheurs (Patrice Coirault, Conrad Laforte, Pierre Bec ou Eliane Gauzit).

Une chanson n’est jamais liée directement à un territoire, c’est l’interprète qui le sera.

La spécificité territoriale peut apparaître dans la façon de chanter. Une même façon peut cependant à la fois être spécifique d’un territoire et exister sur un autre.

Le seul marqueur territorial local et objectif reste le dialecte ou l’accent de la langue.

Pour le répertoire à danser, certains types de danse (bourrée, rigodon par exemple) permettent de rattacher à un territoire, mais pas toujours !


Dans l’art de l’oralité, le conteur ou le chanteur suivent une trame, et peuvent, s’ils le souhaitent, improviser sur cette trame, rajouter des couplets, changer d’histoire, créer la surprise pour maintenir l’attention de l’auditoire.

C’est comme si la chanson avait une ossature de base, sur laquelle on peut mettre la chair et les habits qu’on veut, et les varier à l’infini.


Pour aller plus loin, voir les ressources suivantes :

LES MELODIES DES CHANSONS TRADITIONNELLES

LES PAROLES DES CHANSONS TRADITIONNELLES

GRANDES COMPLAINTES TRADITIONNELLES : chants de toiles, de dentelles et de veillées


QU’EST-CE QUE LA VARIATION ?

Si elle n’est pas toujours chantée de la même façon, la chanson va donc présenter des variations, c’est-à-dire des changements, importants ou non, dans les paroles, dans le rythme et dans la mélodie.

L’interprète et le contexte ont une grande influence sur ces transformations. Contrairement à l’écrit, l’oralité change, corrige et reprend en permanence et spontanément.

La souplesse des paroles, du rythme et de la mélodie font partie intégrante de la chanson, et il est tout-à-fait possible selon l’envie de modifier un ou plusieurs mots, une ou plusieurs notes. C’est le chanteur qui, en chantant, fera spontanément ses choix.

Cela demande une bonne connaissance du répertoire (pour pouvoir piocher des morceaux dedans) et une bonne imprégnation culturelle.

La variation se retrouve plus ou moins dans tous les styles de musique, mais elle est un véritable marqueur de la tradition orale : sans variation, pas de tradition orale.

Chacun peut s’approprier une chanson. Cela permet à la chanson de passer les époques et les modes, d’exister dans une multitude de mémoires et de s’imprimer dans une multitude de cerveaux différents. La variation est la condition de sa survie.

NOTE : Un fait amusant est qu’on peut changer les paroles (des mots ou des couplets entiers), on peut changer le rythme (lent, rapide, cadencé, marqué, etc…), on peut changer des notes voire la mélodie toute entière : on reconnaîtra toujours la chanson.

→ Voir la fiche : POUR COMPRENDRE : EXEMPLES DE VARIATIONS Dans une même chanson chez une même interprète